«Bonjour, là, bonjour» de Michel Tremblay au Théâtre Denise-Pelletier | Bible urbaine

Théâtre_Critiques de théâtre

«Bonjour, là, bonjour» de Michel Tremblay au Théâtre Denise-Pelletier

«Bonjour, là, bonjour» de Michel Tremblay au Théâtre Denise-Pelletier

L'amour existe encore

Publié le 14 novembre 2018 par Pierre-Alexandre Buisson

Crédit photo : Gunther Gamper

Malgré sa longue carrière, le metteur en scène Claude Poissant n’avait, avant aujourd’hui, adapté Michel Tremblay qu’une seule fois, alors qu’il était aux études en 1973. C’est presque toute une vie qu’il a passée à cohabiter dans la même ville que celui que plusieurs considèrent comme un trésor provincial, et à exercer lui aussi un beau rôle dans la toute petite scène théâtrale locale.

Il attendait le bon moment, paraît-il. Et maintenant que Poissant est confortablement installé dans son théâtre, dont il est directeur artistique depuis 2014, il s’est permis de réaliser un vieux rêve: celui d’adapter Bonjour, là, bonjour. Une pièce aussi dure que magnifique, au message fort et complexe, dont on comprend aisément l’impact sur son public lors de sa production originale, il y a quarante-quatre ans.

C’est avant tout l’histoire de Serge, homme de peu de mots, seul mâle au milieu de ses quatre sœurs, qui revient d’un voyage de trois mois en Europe, et qui fait la tournée des chaumières. Cet exode introspectif que personne ne comprend, il l’a entrepris pour réfléchir, loin de sa copine, à son futur affectif. À son retour, il est confronté aux mêmes rancoeurs, aux mêmes drames qu’avant son départ, et à la tragédie de son père, dont la surdité empire de jour en jour.

Avec une précision admirable, le metteur en scène découpe les scènes comme un orfèvre, les révélations s’imbriquent l’une dans l’autre, et finissent par dresser un portrait décapant d’une famille dysfonctionnelle (nos préférées); Denise (la touchante Geneviève Schmidt) se goinfre de tarte toute la journée, Lucienne (Sandrine Bisson, en caricature presque parfaite) a marié un anglophone dont elle aime davantage l’argent que l’âme, et Monique (l’hilarante Mireille Brullemans) est perpétuellement hébétée par ses pilules.

Le père, personnifié par un Gilles Renaud particulièrement bouleversant, qui reprend son rôle datant de la production originale, est constamment sollicité par deux tantes insupportables, Gilberte et Charlotte, incarnées par Diane Lavallée et Annette Garant. Reste la douce Nicole (Mylène Mackay, dans un registre plutôt confidentiel), la plus jeune, et la plus effacée, celle que Serge va voir en dernier, et pas seulement parce que c’est avec elle qu’il habite.

Contre toute attente, il s’agit d’une histoire d’amour. D’amour interdit, certes, mais d’un amour pur que l’auteur ne juge pas. Et en le mettant en opposition avec les comportements toxiques de la famille de Serge, on pardonnerait facilement au spectateur de vouloir l’encourager, d’y être empathique.

L’aspect le plus admirable dans cette œuvre phare est sans doute la relation filiale sous-développée, le père trop fier pour avouer qu’il n’entend rien, un homme abattu qui a trouvé refuge dans une taverne où ses conversations sont à sens unique. Un homme, finalement, qui n’a jamais eu de vraie conversation avec son fils, et que le deuil a éteint.

Quand les mots venant du coeur crèvent le silence, et la surface trouble du récit, et que nous sommes témoins du premier véritable échange père-fils, on se rappelle – comme s’il était possible de l’oublier – l’immense talent de Tremblay qui en fait encore de lui, après cinquante-huit ans de carrière, l’une des figures culturelles les plus essentielles au Québec.

«Bonjour, là, bonjour» de Michel Tremblay en 4 photos

Par Gunther Gamper

  • «Bonjour, là, bonjour» de Michel Tremblay au Théâtre Denise-Pelletier
  • «Bonjour, là, bonjour» de Michel Tremblay au Théâtre Denise-Pelletier
  • «Bonjour, là, bonjour» de Michel Tremblay au Théâtre Denise-Pelletier
  • «Bonjour, là, bonjour» de Michel Tremblay au Théâtre Denise-Pelletier

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début