«Britannicus» de Racine vu par le metteur en scène Florent Siaud | Bible urbaine

Théâtre_Entrevues

«Britannicus» de Racine vu par le metteur en scène Florent Siaud

«Britannicus» de Racine vu par le metteur en scène Florent Siaud

La langue comme une arme poétique et politique

Publié le 25 mars 2019 par Alice Côté Dupuis

Crédit photo : Julien Benhamou

Florent Siaud l’admet d’entrée de jeu: on associe souvent Racine au summum du théâtre classique, ce qui lui confère naturellement une certaine froideur. Pourtant, ses personnages sont toujours à vif; ils brûlent, ils sont à fleur de peau et ils sont hantés par des désirs. Ce sont ces passions, ces paradoxes très baroques entre chaleur et froideur, entre le cœur et l’esprit, que l’équipe a décidé de creuser dans sa version de Britannicus, présentée du 26 mars au 20 avril au Théâtre du Nouveau Monde. Rencontré pour qu’il nous parle de cette pièce qui présente les premiers jours d’un tyran, le metteur en scène promet de nous transmettre le syndrome qu’il appelle «l’élargissement tragique».

«Lorsqu’on vit Britannicus, on se sent plus grand à la fin. Il y a tellement d’enjeux, il y a tellement une vision du monde large, que je trouve que c’est le genre de pièce qui transforme, qui ébranle. Qu’on ait compris chaque virgule, pour moi ce n’est pas le but; moi, ce qui m’importe, c’est l’ébranlement: est-ce qu’on en ressort avec une question? Avec une émotion trouble? Est-ce qu’on a gardé des images auxquelles on va penser pendant plusieurs jours?» Voilà les symptômes du syndrome de l’élargissement tragique, selon Florent Siaud, qui aura le privilège, pour la première fois, de déployer son talent de créateur sur la grande scène du TNM.

C’est là qu’il transmettra sa perception de ce moment où Néron est en train de se transformer en monstre, alors qu’il avait été un bon empereur, jusque-là. Mais Néron n’est pas simplement un tyran inique, «c’est aussi quelqu’un qui prend la liberté subversive de détruire les pressions qu’il y a autour de lui, de s’émanciper d’une certaine génération – celle de sa mère – et de ses conseillers, surtout de Burrhus, son conseiller si rationnel, si stoïcien. Il y a quelque chose de nietschéen chez Néron; c’est quelqu’un qui a besoin de détruire, d’être cruel pour s’affirmer, pour laisser se déployer ses ailes», analyse Florent Siaud, qui désire que les spectateurs puissent se projeter, à un moment où à un autre, dans chacun des personnages – même Néron –, malgré leur part d’ombre.

C’est Francis Ducharme qui incarnera ce tyran sur scène; un interprète auquel on ne penserait pas systématiquement pour un rôle aussi cruel. «Moi, je trouve ça plus angoissant et inquiétant d’avoir un Néron séduisant et angélique, parce que ça nous amène dans des zones étranges en tant que spectateur: on réalise que c’est un monstre et on se demande pourquoi on est tout de même attiré par lui», affirme le créateur, qui insiste aussi sur le fait que tous les fous furieux sont aussi des êtres fragiles ayant subi des blessures, ce qui les rend, finalement, très humains et semblables à nous.

Un long processus pour s’approprier la langue

Le processus de création avec le TNM et l’équipe de création habituelle de Florent Siaud aura duré deux ans: deux années de recherches, de voyages à Rome, d’ateliers, de lectures, d’explorations sur vidéo et aussi de compréhension profonde de chaque pépite que recèle ce trésor du patrimoine occidental du théâtre. «Les défis de ce texte sont immenses. Il fallait le temps de le mûrir. Il faut constamment être sur le qui-vive, se demander si on a tout compris les double-sens, les triples sens. Comment cette syntaxe qui n’est pas si facile à comprendre peut malgré tout révéler une simplicité de pensée?» C’est que Britannicus, que Siaud considère comme l’une des pièces les plus fabuleuses à n’avoir jamais été écrite dans le théâtre français, est écrite en alexandrins.

L’alexandrin est imposant, mais c’est aussi une langue avec une certaine musicalité. Il a toutefois fallu à l’équipe une réflexion pour trouver comment le faire résonner dans notre monde contemporain. «Aujourd’hui, le langage va vite: sur les réseaux sociaux, dire quelque chose, c’est adresser un message avec le moins de signes possible, et il faut des images. Alors que Racine est dans le contraire: il cache des images, il augmente les non-dits, les contradictions, les paradoxes; il déploie une idée sur une quinzaine d’alexandrins pour qu’elle soit vraiment construite et amenée comme une sorte de coulée de lave inéluctable. Donc il y a un décalage entre cet alexandrin, comment il fonctionne et notre temps», réfléchit Florent Siaud, qui considère l’alexandrin comme une arme poétique mais aussi politique chez Racine.

C’est par la langue que des personnages en séduisent ou en détruisent d’autres, et qu’ils installent leur pion sur l’échiquier politique, tout en décidant de l’avenir d’un État et d’un peuple. Britannicus est une réflexion politique qui est encore très contemporaine: «On se parle pour vrai, et c’est ça qui construit notre humanité; quand il n’y a pas de langage, pas de communication, c’est là que la barbarie commence et que tout se défait», affirme Florent Siaud, qui est aussi fasciné par la langue de Racine que par sa capacité à tout observer, à offrir un éclairage psychanalytique sur les rouages de l’État, sur l’exercice du pouvoir, autant que de mettre en lumière la dimension incroyablement humaine du politique.

Sylvie Drapeau et Éric Robidoux dans «Britannicus». Photo: Jean-François Gratton

Savoir bien s’entourer

C’est une distribution hors pair qui prendra les traits de ces personnages obsédés par le pouvoir, dont Éric Robidoux en Britannicus, afin de représenter une sorte de sauvagerie contrôlée et un charisme irrésistible. La présence scénique très forte d’Evelyne Rompré et son autorité naturelle à la fois douce et imposante étaient quant à eux tout indiquées pour incarner Junie, la fiancée de Britannicus, car «Junie, pour moi, n’est pas quelqu’un qui ne fait que se plaindre, c’est quelqu’un qui est sûr de son bon droit, qui a la morale et la justice avec elle. C’est une personne loyale, et je trouve qu’Evelyne a cette loyauté rayonnante en elle».

Alors que le personnage du soldat Burrhus est habituellement confié à des comédiens plus âgés, c’est Maxime Gaudette que Florent Siaud et Lorraine Pintal ont retenu pour ce rôle, précisément parce que «c’est quelqu’un d’une loyauté absolue duquel se dégage une sensation de justice, de pureté, de vérité humaine. Je voulais quelqu’un qui nous convainc par le cœur de la justesse de sa vision du monde». Enfin, c’est à Sylvie Drapeau qu’a été confié le rôle d’Agrippine, mère de Néron et belle-mère de Britannicus, qui doit être très charnelle, bestiale et fauve à la fois. «C’est rare ces interprètes qui ont un registre aussi vaste. C’est très complexe de trouver la fureur d’Agrippine et aussi sa froideur calculée; trouver la tacticienne et le fauve en même temps. Elle, c’est un peu le pivot de cet univers de fureur et de sensualité.»

Donnant à son Britannicus des allures contemporaines et ne cherchant pas à l’ancrer dans une historicité, Florent Siaud a plutôt cherché à comprendre d’où ce récit part et quels sont ses référents inconscients afin de mieux établir le pont avec notre modernité. Inspiré du monde politique italien des films de Sorrentino – les grands palais romains qui ont leur côté ancestral, mais qui, en même temps, sont habités par des gens d’aujourd’hui, avec leurs costumes taillés haute couture de Milan ou Rome – pour le côté visuel et esthétique, le créateur souhaite avant tout «faire vivre une expérience sensorielle et de langue hors-norme et faire vivre un texte puissant qui n’est pas assez représenté à la hauteur de son génie».

Achetez vite vos billets pour la représentation de votre choix, du 26 mars au 20 avril, en visitant la billetterie en ligne du Théâtre du Nouveau Monde au www.tnm.qc.ca/piece/britannicus.

*Cet article a été produit en collaboration avec le Théâtre du Nouveau Monde.

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début