Catherine Pogonat reçoit Anne Casabonne aux «Entretiens chez Georges-Émile» | Bible urbaine

Théâtre_

Catherine Pogonat reçoit Anne Casabonne aux «Entretiens chez Georges-Émile»

Catherine Pogonat reçoit Anne Casabonne aux «Entretiens chez Georges-Émile»

Discussion autour de «La galère» et de son parcours de vie

Publié le 5 avril 2017 par Éric Dumais

Crédit photo : Agence Robitaille Corbeil

Ce jeudi 6 avril, dès 17h, l’animatrice culturelle Catherine Pogonat accueillera, à l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme de la Place des Arts, l’actrice Anne Casabonne pour discuter de sa carrière et de sa participation dans Galère, le spectacle, présenté au Théâtre Maisonneuve jusqu’au 13 mai 2017.

À l’aube de sa rencontre les yeux dans les yeux avec Anne Casabonne, Catherine Pogonat a discuté avec notre collègue Marc-André Mongrain, rédacteur en chef de Sors-tu.ca, pour partager son sentiment personnel à l’égard de cette grande actrice de 48 ans qu’elle admire pour ses choix de vie parfois sinueux qui l’ont menée là où elle est aujourd’hui.

D’entrée de jeu, le tandem admet presque en chœur trouver «le personnage» plutôt intimidant: «Anne Casabonne, elle a l’air de se foutre de tout. Elle fait ses trucs à elle, pis le reste elle s’en fout. Bon, elle ne se fout pas de tout, de sa carrière, de sa vie probablement, mais tout l’extra et la mousse autour, oui je crois qu’elle s’en fout», admet Catherine Pogonat.

Casabonne, bien connue dans la peau de Claude Milonga, et qui fait parfois montre «d’opinions sociales et politiques avec un manque de censure flagrant», se plaît toutefois à chercher davantage l’ombre à la lumière. Elle dit souvent, en entrevue, que dans la vie, «elle se trouve assez plate. Elle n’aime pas faire de PR, ni participer à des soirées mondaines; elle ne court pas les galas, ni les premières de spectacles et tout, et tout». Et c’est probablement cette réserve toute naturelle qui a poussé Anne Casabonne à trouver chaussure à son pied dans la peau de ses personnages, la plupart du temps des «rôles frondeurs qui n’ont peur de rien».

Et l’animatrice explique son point de vue en se remémorant le parcours épineux de la jeune Anne Casabonne, alors aux études en théâtre, laquelle s’était retrouvée avec un enfant en même temps, avant d’être officiellement diplômée et comédienne. «C’est un parcours qui me fascine», admet-elle, expliquant sa pensée par le fait que l’actrice s’est donnée des défis de vie pas du tout évidents.

Ce sera donc l’occasion pour Pogonat et le public présent ce 6 avril pour se remémorer la Anne Casabonne du petit écran et du théâtre, tout à la fois, dont les rôles continuent de marquer les téléspectateurs et amateurs de scène depuis une quinzaine d’années.

Bien sûr, il est intéressant «qu’un rôle marquant de la télévision soit porté au théâtre. C’est très particulier, car ce sont des adaptations qui arrivent de temps en temps, qui sont toujours délicates à faire. Un genre de saut périlleux. Je ne sais pas comment elle le vit, j’ai hâte de voir!» On a, en tout les cas, bien hâte nous aussi d’entendre Anne Casabonne nous parler de l’adaptation, sur scène, de la populaire télésérie québécoise La galère, créée par Renée-Claude Brazeau.

Voyons voir aussi à quel point également elle aime l’expérience d’interpréter son personnage sur les planches!

Comme mot de la fin, Catherine Pogonat, super enthousiaste, a réellement hâte à ce dernier entretien de la saison actuelle des Entretiens chez Georges-Émile afin de pousser l’audace pour révéler la personnalité d’une artiste que l’on respecte beaucoup.

«Allez on se gâte, c’est la dernière de la saison! On a l’invitée en or pour l’entrevue sans filtre. Un défi de s’en tenir à 45 minutes!»

Soyez-y pour une belle discussion de 45 minutes le 6 avril dès 17h! Pour plus d’information ou pour visionner l’ensemble des entretiens de la saison 2016-2017, visitez le site de la Place des Arts au www.placedesarts.com/anne-casabonne.

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début