Entrevue avec André-Marie Coudou pour «Skin Tight - Te tenir contre moi» au Théâtre Prospero | Bible urbaine

Théâtre_Entrevues

Entrevue avec André-Marie Coudou pour «Skin Tight – Te tenir contre moi» au Théâtre Prospero

Entrevue avec André-Marie Coudou pour «Skin Tight – Te tenir contre moi» au Théâtre Prospero

Le deuil s’immisce du 26 avril au 14 mai 2016

Publié le 18 avril 2016 par Éric Dumais

Crédit photo : André Nadeau (portrait d'André-Marie Coudou)

Le Théâtre L’instant, en collaboration avec le Théâtre Prospero, poursuit sa réflexion sur le deuil avec une pièce où la mort s’immisce à travers les petits gestes du quotidien jusqu’à une finale tragique, voire inéluctable. Du 26 avril au 14 mai, venez découvrir Sophie Martin et Xavier Mailleux au cœur de la tourmente dans Skin Tight – Te tenir contre moi, d'après un texte de Gary Henderson et dans une mise en scène d’André-Marie Coudou.

«Avec le théâtre, on ne change pas le monde, mais une personne, peut-être. Et cette personne, ensuite, peut en changer une autre, après, et ainsi de suite…»

Rejoint au bout du fil alors qu’il était toujours en répétition au Salon Particulier pour la plus récente production du Théâtre L’instant, le metteur en scène d’origine belge André-Marie Coudou se dit fébrile et espère que son équipe et lui-même font «la bonne affaire», avec ce spectacle à propos du deuil. «J’ai perdu mon père alors que j’avais 12 ans et, après avoir fait une thérapie avec un psy, on en est venu à la conclusion que je n’avais pas fait mon deuil lorsque j’étais gamin. Puis, à 45 ans, je me suis rendu compte que je faisais tranquillement le deuil de mon père mort il y a 30 ans», nous a-t-il confié, rendant tout à coup le sujet de la pièce plus intime, voire plus personnel.

Skin Tight – Te tenir compte moi, inspiré du texte original de Gary Henderson duquel André-Marie Coudou y a puisé l’essence du spectacle, présente un deuil vécu de façon intimiste entre un couple dans la quarantaine, un deuil «version micro», comme il l’a si bien qualifié. «J’ai lu le texte et j’ai aussitôt eu l’envie de le monter. Dans l’histoire, un homme de 45 ans sait que sa femme va mourir. Il se remémore, tout au long de la pièce, les moments vécus avec elle. Il se bat contre la mort pour mieux vivre», complète André-Marie Coudou, qui avoue avoir modifié quelque peu le texte original afin d’ancrer l’histoire présentée en une heure dans le temps présent plutôt que dans les souvenirs d’un vieillard qui se remémore son passé.

Afin d’apporter réalisme et force émotions à ce spectacle qui repose entièrement sur les dialogues et les non-dits entre les interprètes Sophie Martin et Xavier Mailleux, le metteur en scène, qui avait monté La Fête à Jean en 2013, une production portant elle aussi sur le deuil, s’est à nouveau entouré de Benoît Grégoire à la scénographie. «Il n’y a presque rien. C’est très, très épuré. Cela dit, c’est une magnifique scénographie où l’on voit, en photos, le visage de Sophie qui disparaît au fur et à mesure que le temps passe pour devenir une page, un peu comme si le souvenir s’effaçait», nous a expliqué André-Marie Coudou, sans trop nous dévoiler les fruits de leur travail.

Pour interpréter ce couple d’une grande sensibilité, il fallait certes un texte fragile, sensible et fort intime, mais également des acteurs capables de leur donner toute la dimension requise: «Il fallait absolument que les deux personnes se connaissent, du moins un peu, car ils s’enlacent, ils font l’amour… Il y a une magnifique complicité qui opère entre les deux, et il fallait aussi une maturité de vie pour pouvoir dire ces mots-là». Et le metteur en scène ne peut s’empêcher d’espérer que les spectateurs sortent du Théâtre Prospero avec au moins une ou deux phrases en tête. «J’espère que le propos viendra appuyer sur certains boutons émotionnels qui les reconnecteraient avec une perte ou un trajet du deuil qu’ils ont dû faire».

Comment passer, dans un couple, à un moment de douleur et à un autre heureux? C’est entre autres à cette question ouverte que le spectacle Skin Tight – Te tenir contre moi tentera de répondre, à travers le jeu parfois très physique de Sophie Martin et Xavier Mailleux, lesquels ont été dirigés par Ian Yaworsky aux chorégraphies et Huy-Phong Doan aux chorégraphies de combats. Votre curiosité est piquée? La nôtre l’est en tout cas et, si vous désirez autant que nous en savoir plus, c’est du 26 avril au 14 mai que vous êtes conviés à pénétrer un univers où le deuil s’immisce dans le quotidien d’un couple happé par la fatalité de la vie.

La pièce «Skin Tight – Te tenir contre moi» a été écrite par Gary Henderson et traduite par Xavier Mailleux dans une mise en scène d’André-Marie Coudou. Pour plus d’information ou pour acheter vos billets, visitez le www.theatreprospero.com/te-tenir-contre-moi.

L'événement en photos

Par André Nadeau (portrait d'André-Marie Coudou) et Thibault Larquey (photos du casting)

  • Entrevue avec André-Marie Coudou pour «Skin Tight – Te tenir contre moi» au Théâtre Prospero
  • Entrevue avec André-Marie Coudou pour «Skin Tight – Te tenir contre moi» au Théâtre Prospero
  • Entrevue avec André-Marie Coudou pour «Skin Tight – Te tenir contre moi» au Théâtre Prospero
  • Entrevue avec André-Marie Coudou pour «Skin Tight – Te tenir contre moi» au Théâtre Prospero

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début