«La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé» de Michel Marc Bouchard au TNM | Bible urbaine

Théâtre_Critiques de théâtre

«La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé» de Michel Marc Bouchard au TNM

«La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé» de Michel Marc Bouchard au TNM

Deux nuits au purgatoire

Publié le 24 mai 2019 par Pierre-Alexandre Buisson

Crédit photo : Yves Renaud

Intérieur, nuit. Laboratoire d’embaumement d’une maison funéraire d’Alma. Mireille Larouche (Julie Le Breton), la «thanatologue des stars», qui s’est entre autres occupée de Jean-Paul II, surgit dans la pièce alors que Mégane Tremblay (Kim Despatis) s’apprête à préparer le corps de la matriarche des Larouche. Il serait flatteur pour n’importe quelle famille qu’elle exerce son «art funéraire» sur un défunt, mais son apparition inattendue, après avoir quitté la région plus de dix ans auparavant, a de quoi surprendre ses proches.

Mireille Larouche, enfant, souffrait d’insomnie et trompait son ennui nocturne en regardant sa famille et ses voisins dormir, avec une attention toute particulière pour Laurier Gaudreault, le sportif le plus flamboyant du voisinage, objet de fascination qui, une de ces nuits, s’est réveillé.

Conte rural, peinture de mœurs, portrait d’une famille du Lac St-Jean, drame saisissant, la nouvelle œuvre de Michel-Marc Bouchard, qui plonge encore plus profondément dans ses thèmes de prédilection, invite les spectateurs à baigner dans les retrouvailles d’une famille atypique.

Éliot (Mathieu Richard), un perdant sympathique, collectionne les séjours dans des centres de désintoxication; Julien (Patrick Hivon) est marié à la colorée Chantale (Magalie Lépine-Blondeau) et profite de son chômage pour aller faire de la natation à Chicoutimi, «parce que les équipements sont de meilleure qualité»; et finalement, Denis (Éric Bruneau), le cadet bourru.

Alors que l’intrigue tourne principalement autour d’une révélation qui arrivera, nous nous en doutons, assez tard dans le récit, l’essentiel des dialogues tend à raffiner des personnalités bien travaillées, qui transcendent le cliché, et certaines répliques jaillissent avec un humour inattendu et impitoyable. L’endroit lugubre où se déroule le drame exacerbe encore plus la teneur en vitriol des blagues scabreuses – mais habiles! – qui fusent à un rythme savamment dosé.

Cette cérémonie préparatoire pour une exposition qui n’aura jamais lieu s’étire sur deux nuits, pendant lesquelles les procédés d’embaumement s’imbriquent dans les querelles familiales, les règlements de compte et les confessions. Laurier Gaudreault, personnage mythique d’Alma, est une figure symbolique qui représente tellement de jeunes hommes tragiquement martyrisés dans toutes les petites villes du monde.

Dans un décor clinique et presque spectral de Guillaume Lord, nous assistons au lent ballet des atomes de la famille, pendant que le deuil prend un certain recul face aux diverses confidences et retournements. La chorégraphie de Serge Denoncourt, metteur en scène d’expérience, est sans failles.

Même si certains personnages frôlent la caricature (on pense ici particulièrement à Éliot), il est bon de retrouver l’univers singulier de Bouchard, qui nous offre encore une fois un fulgurant moment de théâtre.

«La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé» en images

Par Yves Renaud

  • «La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé» de Michel Marc Bouchard au TNM
  • «La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé» de Michel Marc Bouchard au TNM
  • «La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé» de Michel Marc Bouchard au TNM
  • «La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé» de Michel Marc Bouchard au TNM
  • «La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé» de Michel Marc Bouchard au TNM
  • «La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé» de Michel Marc Bouchard au TNM

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début