Le FTA présente «Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad au Théâtre Jean-Duceppe | Bible urbaine

Théâtre_Critiques de théâtre

Le FTA présente «Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad au Théâtre Jean-Duceppe

Le FTA présente «Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad au Théâtre Jean-Duceppe

Aller vers l'ennemi pour retrouver son identité perdue

Publié le 23 mai 2019 par Edith Malo

Crédit photo : Simon Gosselin

Il aura fallu une rencontre déterminante entre le dramaturge et metteur en scène d'origine libanaise Wajdi Mouawad et l'historienne juive Natalie Zemon Davis pour voir naître la pièce Tous des oiseaux. Après sept années d'incubation, cette oeuvre théâtrale bouleversante et percutante, produite par le Théâtre de la Colline, en France, s'est vue décerner le Grand Prix (meilleur spectacle théâtral de l'année) par l'Association Professionnelle de la Critique de théâtre, de musique et de danse en 2017. On saisit l'ampleur et le prestige de cette reconnaissance lorsqu'on assiste à cette histoire digne d'un Roméo et Juliette sur fond de conflit israélo-palestinien. Le défi est d'autant plus lorsqu'on sait que cette pièce est jouée en quatre langues (anglais, arabe, allemand et hébreu). Wajdi Mouawad maîtrise habilement l'un de ses thèmes de prédilection, les origines. Il détient les clés d'une, voire de plusieurs intrigues enchâssées et porteuses d'un sens, devant lequel on ne peut certes demeurer indifférent. C'est à voir sur la scène du Théâtre Jean-Duceppe dans le cadre du Festival TransAmériques (FTA) jusqu'au 27 mai. La pièce est surtitrée en français, n'ayez crainte!

C’est à un véritable amour impossible, entre Wahida, d’origine arabo-palestinienne, et Eitan, d’origine israélienne, auquel l’on assiste. Leur rencontre tout à fait charmante dans une bibliothèque de l’université Columbia, à New York, relève-t-elle d’un hasard?

Eitan, étudiant en sciences, croit que l’identité se définit simplement à partir de nos gènes, que nous sommes quarante-six chromosomes, sans plus. Et c’est en termes de probabilités qu’il séduit Wahida de manière loufoque et candide. «592 sur 634»!, c’est le nombre de fois où il est tombé sur un manuscrit au sujet d’un certain Jean Léon L’Africain. Quelle coïncidence que ce manuscrit soit le sujet de thèse portant sur l’attachement aux identités perdues de Wahida, étudiante en histoire!

Mais si ce manuscrit semble, au premier abord, prétexte à une rencontre, l’histoire qu’elle contient devient, par le fait même, une véritable quête existentielle pour Wahida. Alors que le couple se rend à Jérusalem pour voir la grand-mère d’Eitan, lui-même habité par de profonds questionnements au sujet d’une découverte génétique familiale, Wahida, quant à elle, s’acharnera sur le cas de ce diplomate arabe, Hassan Ibn Muhamed el Wazzân, décédé il y a cinq cents ans, mais incarnant toujours le symbole de l’exil.

Détenu et livré au pape Léon X, l’homme s’était converti au christianisme pour demeurer en vie. Et cette couche de l’histoire, qui se superpose à d’autres pistes, pose l’une des énigmes fondamentales de la pièce: «Comment devient-on son propre ennemi?»

Le sujet peut sembler dense ou en décourager certains, surtout si l’on considère que le spectacle est d’une durée de quatre heures (!), mais Wajdi Mouawad sait tenir en haleine son public. Jamais on ne questionne la durée de la pièce, car les secrets que portent en eux les personnages nous titillent jusqu’au dénouement.

Alors qu’on prémédite la solution à demi mots, celle-ci apparaît plus complexe, comme si elle se multipliait en une infinité de nouvelles racines. Et là où on ne s’y attend pas, un second dénouement surgit, révélant, de fait, des vérités bouleversantes…

Propager la haine de génération en génération?

Séparé en quatre chapitres – l’oiseau de beauté, l’oiseau du hasard, l’oiseau de malheur et l’oiseau amphibie-  la pièce souhaite évoquer l’image de la liberté dont bénéficient les oiseaux, l’absence de frontières, l’absence de discrimination. Car l’histoire d’amour qui lie Eitan et Wahida soulève les foudres de son père David et de sa mère, Norah, laquelle se retrouve partagée entre les deux hommes de sa vie.

C’est une insulte pour David, mais pourquoi? Parce que de génération en génération, on inculque une histoire et on propage la haine? On tient responsables les générations à venir pour les horreurs d’Auschwitz, ou encore pour la guerre qui se perpétue depuis des siècles au Proche-Orient?

C’est de ce passé tortueux, une véritable étiquette de génération en génération, qu’Eitan tente de sortir, redoublant d’ardeur pour relayer l’histoire au second rang et pour définir l’identité selon l’ADN. Une réponse qui est loin de convenir à tout le monde.

Une scénographie pour le moins époustouflante

Bien qu’elle soit épurée, la scénographie est tout simplement impressionnante. D’immenses panneaux modulables se retranchent pour former un nouveau lieu. La première scène se déroulant à la bibliothèque, des rayons de livres dessinés à la craie sont projetés sur les murs.

La scène immense du Théâtre Jean-Duceppe ajoute au grandiose de l’oeuvre, et les jeux d’éclairage indiquent subtilement les changements de lieux et d’époques, ajoutant un aspect feutré ou froid selon la scène. De plus, on n’échappe pas à la guerre et aux attentats, dont le bruit assourdissant des bombes nous rappelle la peur et l’horreur.

Une distribution 100% égale, c’est-à-dire prodigieuse

Parfois, la distribution d’une pièce peut détenir des talents inégaux, ou des acteurs qui se distinguent du lot, car ils jouent les personnages principaux. Dans Tous des oiseaux, les acteurs occupent tous une importance capitale dans l’enjeu de la pièce, et chacun d’entre eux est vertigineux.

Sans flafla, la mise en scène met l’accent sur le texte, sur l’histoire, jouée dans des langues qui nous sont inconnues, et pourtant, cet aspect étranger est fascinant et sert même l’intrigue.

Avec des pointes d’humour, surtout de la part de Leah, la grand-mère pince-sans-rire, le dramaturge Wajdi Mouawad nous sert un enchâssement d’énigmes savamment orchestrées et une ouverture sur l’autre et sur le monde, comme lui seul sait la mettre en scène, à la fois ponctuée d’une réflexion mûrie et aboutie.

«Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad en images

Par Simon Gosselin

  • Le FTA présente «Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad au Théâtre Jean-Duceppe
  • Le FTA présente «Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad au Théâtre Jean-Duceppe
  • Le FTA présente «Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad au Théâtre Jean-Duceppe
  • Le FTA présente «Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad au Théâtre Jean-Duceppe
  • Le FTA présente «Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad au Théâtre Jean-Duceppe
  • Le FTA présente «Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad au Théâtre Jean-Duceppe
  • Le FTA présente «Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad au Théâtre Jean-Duceppe
  • Le FTA présente «Tous des oiseaux» de Wajdi Mouawad au Théâtre Jean-Duceppe

L'avis


de la rédaction

Vos commentaires

Revenir au début