«Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO | Bible urbaine

Théâtre_Critiques de théâtre

«Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO

«Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO

Le bruit et la fureur

Publié le 24 septembre 2018 par Pierre-Alexandre Buisson

Crédit photo : Yanick MacDonald

La proposition que nous fait Christian Lapointe, avec cette relecture d’Euripide – et, accessoirement, de Martin Crimp, qui est ici traduite très librement – peut de prime abord sembler criarde et confuse, voire difficile à suivre. L’impétuosité perpétuelle et les hurlements qui fusent dénotent une énergie symbolique: la jeunesse et son inconscience sont des thèmes (brillamment) mis de l’avant.

Dans une salle de classe, les Phéniciennes chahutent. Ce groupe de jeunes femmes émancipées et inquisitrices sera présent à travers le drame et la comédie des nombreux évènements qui surviendront dans cette tragédie où gravitent les mythes grecs qui sont présentés dans toute leur puérilité, sans qu’elles soient excusées par un appel à l’honneur ou au respect des «classiques sacrés».

Le niveau d’énergie est «dans le rouge» du début à la fin, les vociférations des acteurs faisant parfois en sorte qu’on saisit mal le texte. Ce n’est certainement pas une pièce légère qu’on quitte l’esprit tranquille après la tombée du rideau.

On y frôle l’hystérie à plusieurs reprises, et la patience du spectateur est d’ailleurs mise à rude épreuve. Et on comprend que ce dernier est ici, en quelque sorte, un cobaye captif de cette délirante expérimentation.

Pour cette ouverture de saison d’ESPACE GO, on n’a pas lésiné sur les moyens, et la distribution est hallucinante; outre Nathalie Mallette en Jocaste, on y retrouve aussi les Phéniciennes Marie-Ève Perron (avec qui nous nous sommes entretenus à propos de ce rôle), Ève Pressault, Florence Blain Mbaye et Mellissa Larivière (à qui nous avons parlé cet été, entre autres de son Festival ZH), et l’hilarant Paul Savoie.

Il n’est pas anodin que l’action se déroule majoritairement dans une salle de classe. Outre le parallèle évident avec l’immaturité de la guerre intestine que se livrent Étéocle et Polynice, il y a aussi une volonté éducatrice manifeste, autant dans l’illustration par l’image que dans les segments pédagogiques de Jocaste.

On ne peut s’empêcher de se dire, toutefois, qu’il est difficile de nous enseigner l’histoire d’Antigone et de ses frères ennemis comme si elle était nouvelle, puisque presque tous les théâtres de la métropole en ont offert une version dans les dernières années. Nous sommes prêts à passer à autre chose.

«Le reste vous le connaissez par le cinéma» en 14 photos

Par Yanick MacDonald

  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO
  • «Le reste vous le connaissez par le cinéma» à ESPACE GO

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début