«Le reste vous le connaissez par le cinéma» vu par Marie-Ève Perron à ESPACE GO | Bible urbaine

Théâtre_Entrevues

«Le reste vous le connaissez par le cinéma» vu par Marie-Ève Perron à ESPACE GO

«Le reste vous le connaissez par le cinéma» vu par Marie-Ève Perron à ESPACE GO

Un spectacle à voir, à entendre, à recevoir, à réfléchir

Publié le 10 septembre 2018 par Éric Dumais

Crédit photo : Andréanne Gauthier (photo à la une: Marie-Ève Perron)

Avec un titre aussi énigmatique que Le reste vous le connaissez par le cinéma, il allait de soi que nous avions soif d’en savoir davantage sur ce spectacle qui est en réalité une relecture de la tragédie grecque Les Phéniciennes d’Euripide par l’auteur britannique Martin Crimp, dans une traduction québécoise et contemporaine de Christian Lapointe. C’est avec celle qui incarne Nikki dans Les Simone que nous avons décidé de nous entretenir pour jaser de cette production où quatorze acteurs fouleront les planches d’ESPACE GO du 11 septembre au 6 octobre.

*Cet article a été commandité par ESPACE GO.

L’actrice, auteure et scénariste de 39 ans, auréolée d’une énergie débordante et communicative – même au bout du fil!, nous a confié que le metteur en scène Christian Lapointe, qu’elle suit à la trace depuis son tout premier solo, était la raison principale qui l’avait motivée à prendre part à ce spectacle. «Il y a de ces créateurs qui ont une signature, qui ont un univers bien à eux. Christian, c’est ça. Il a une vision claire de ce qu’il a envie de voir, d’embrasser et de suivre comme traces. Il n’a pas peur d’oser, de déranger, de bousculer; il va au bout de ses propositions.» Marie-Ève Perron, qui a notamment travaillé aux côtés de Wajdi Mouawad, Frédéric Blanchette, Carl Béchard et Brigitte Haentjens, souhaitait ainsi profiter de l’aura d’un créateur né, qui est toujours au service du texte, toujours porté par ses réflexions propres, avec une vision forte de l’histoire et de son éventail de symboles.

Photo en répétitions. Crédit: ESPACE GO

Une tragédie classique adaptée en québécois

Dans cette grande aventure qu’est Le reste vous le connaissez par le cinéma, Marie-Ève Perron nous a avoué s’être déjà amourachée de ses partenaires de jeu, se sentant extrêmement privilégiée de jouer à leurs côtés. À l’instar de Marc Béland, Lise Castonguay, Éric Robidoux, Florence Blain Mbaye, Gabriel Szabo et plus encore, celle qu’on a également pu voir au petit écran dans Unité 9, District 31 et Les Invincibles, s’est laissée séduire par la facture contemporaine de l’histoire, qui n’est pas du tout une tragédie classique au sens où on l’entend. «C’est une proposition théâtrale vraiment différente des Phéniciennes d’Euripide, remâchée par Crimp puis traduite en québécois par Lapointe. Quand j’ai lu le texte final, j’étais d’autant plus contente; il est formidable. Christian a conservé le ton, qui n’est pas un phrasé ordinaire, avec toute la force des images. C’est ça la beauté du texte, c’est qu’il est vraiment accessible, pas du tout compliqué. Et il y a une réflexion qui est amorcée à travers un auteur qui a une vision forte.»

En bon chef d’orchestre, le metteur en scène, qui a tranquillement laissé mûrir ce projet durant deux ans, souhaitait ainsi présenter une pièce multicouches qui offre un monde de réflexions sur le pouvoir et ainsi «rendre accessible l’une des grandes histoires de la tragédie grecque. Ça ne ressemble à rien de ce que j’avais vu avant! C’est comme un cours de tragédie grecque pour les nuls», complète-t-elle avec un sourire dans la voix. Le spectacle, qui dure 100 minutes sans entracte, offrira en somme plusieurs niveaux de lecture et fera certainement appel au cerveau du spectateur, lequel recevra même des adresses directes durant la représentation! À travers une mise en scène ludique et éclatée, Christian Lapointe transposera sa vision du pouvoir dans une classe d’école où les professeurs et les élèves incarnent les rôles de la tragédie: choeur de filles, dictateur, soldats, de même que Jocaste Antigone, Créon, etc. «Avec Christian, on a beaucoup abordé la notion de dictature programmée: on a une impression de démocratie, sauf que dans le fond le pouvoir se partage entre les bleus et les rouges. On a une impression de démocratie, sauf qu’on nous dit quoi faire. Plus ça change, plus c’est pareil finalement».

Affiche officielle: Le reste vous le connaissez par le cinéma. Réalisation: Lg2

Marie-Ève Perron se dit fort excitée à l’idée de jouer dans Le reste vous le connaissez par le cinéma – titre énigmatique qu’elle a préféré garder secret pour ne pas dévoiler d’élément-clé!, car elle aime elle-même être divertie tout en ayant le cerveau en ébullition lorsqu’elle se rend au théâtre. «C’est un spectacle tragique qui est constamment en action et où tout bouge. Et la porte d’entrée dans tout ça, c’est l’humour. L’humour se dégage par le tragique et permet de mettre en exergue toute la part de grotesque.» Avec la réflexion amorcée de Christian Lapointe, la musique de Nicolas Basque, les projections vidéo de Lionel Arnould et les costumes d’Elen Ewing, parions que vous prendrez un malin plaisir à faire, vous aussi, partie de ce spectacle durant lequel Marie-Ève Perron nous promet qu’on ne s’ennuiera pas!

«Christian Lapointe réussit, et c’est sa force, à nous emmener dans sa tête et dans son univers. Et on ne s’ennuie pas. C’est un spectacle à voir, à entendre, à recevoir, à réfléchir.»

Venez vivre une soirée théâtrale que vous n’oublierez pas de sitôt à ESPACE GO en assistant à la pièce Le reste vous le connaissez par le cinéma du 11 septembre au 6 octobre 2018. À noter que pour la représentation du jeudi 13 septembre, à 18 h 30, et celle du mardi 18 septembre, après le spectacle, une rencontre entre les artisans et le public est prévue. Réservez vos billets dès maintenant au www.espacego.com/le-reste-vous-le-connaissez-par-le-cinema.

Nos recommandations :

Vos commentaires

Revenir au début