«La meute» de Catherine-Anne Toupin au Théâtre La Licorne | Bible urbaine

Théâtre_Critiques de théâtre

«La meute» de Catherine-Anne Toupin au Théâtre La Licorne

«La meute» de Catherine-Anne Toupin au Théâtre La Licorne

De l’intime à l’abject

Publié le 21 janvier 2018 par Sara Thibault

Crédit photo : Suzane O'Neill

Alors que l’on continue de ressentir l’onde de choc provoquée par le mouvement #MeToo au Québec comme à l’international, la nouvelle pièce de Catherine-Anne Toupin s’attaque à un autre enjeu majeur de la société actuelle, celle de la violence sur le web. Dix ans après le succès de sa pièce À présent, Catherine-Anne Toupin renoue avec l’écriture pour aborder la question de la vengeance au féminin dans La meute.

Après avoir conduit toute une nuit, et pour lui permettre de «prendre un peu de recul», Sophie s’arrête chez Martin, un homme dans la trentaine nouvellement chômeur, et sa tante Louise, qui possèdent un gite du passant. Ponctuellement, le fil du récit se rompt pour faire place à des apartés durant lesquels Sophie répète des bribes d’un discours vulgaire et violent que l’on devine adressé à son endroit: «T’as besoin de te faire mettre ma chienne. / L’inconfort devant le bla, bla, bla / Je vais t’étamper dans le mur pis je vais t’étrangler, jusqu’à ce que tu sois sur le bord de perdre connaissance. / Notre image de marque. La survie de l’entreprise. / Pis là, je vais te fourrer. / Bla, bla, bla / Respires-tu? Respires-tu encore?».

Tranquillement, Sophie semble reprendre du poil de la bête grâce aux bons soins de ses hôtes. Étant tous les deux sans emploi, Sophie et Martin développent une complicité et un lien de confiance forts qui les amènent à partager une grande intimité.

Sous la forme d’un thriller psychologique très bien ficelé, La meute aborde les dérives du web alors que l’écran crée un sentiment d’anonymat rassurant qui exacerbe l’abject enfoui de certaines personnes. La pièce amène aussi le public à réfléchir à la puissance des mots, dont l’effet performatif peut avoir un impact insoupçonné chez les personnes concernées.

La mise en scène de Marc Beaupré laisse toute la place au texte et au jeu irréprochable des acteurs. Le décor minimaliste d’Odile Gamache et les éclairages de Julie Basse et d’Étienne Boucher accompagnent tout en nuances le parcours émotionnel des personnages. Guillaume Cyr et Catherine-Anne Toupin rendent justice à la complexité des individus qu’ils incarnent, et arrivent à faire entrer le public dans l’étrangeté de leur univers. Tout au long du spectacle, on sent que quelque chose cloche dans la relation qui se dessine entre eux deux, mais il faudra attendre les dernières minutes pour voir s’emboîter toutes les pièces du puzzle. Lise Roy complète la distribution dans le rôle de la tante Louise, dont la présence rassurante sert de catalyseur à la révélation des personnages.

Catherine-Anne Toupin pratique une dramaturgie engagée à l’image de ce qui se fait en Angleterre. Avec beaucoup d’audace, elle montre un personnage féminin à l’intelligence aussi fine que pernicieuse, qui va jusqu’au bout de son désir de vengeance. L’auteure ne se limite pas à provoquer le malaise dans la salle; elle malmène le spectateur jusqu’à ce qu’une empreinte se fasse dans son corps. Par la bande, La meute aborde également la violence du discours ambiant sur les corps atypiques ou imparfaits. Si Catherine Léger a bien montré, l’an dernier, avec sa pièce Baby-sitter que la beauté féminine peut donner lieu à des commentaires à la #fuckherrightinthepussy, l’auteure aborde l’effet d’entraînement d’un groupe de personnes anonymes et virtuelles.

Ce serait un euphémisme de mentionner que La meute s’adresse à un public averti. La nouvelle pièce de Catherine-Anne Toupin met en relief le plus laid et le plus trash de l’humain.

L'événement en photos

Par Suzane O'Neill

  • «La meute» de Catherine-Anne Toupin au Théâtre La Licorne
  • «La meute» de Catherine-Anne Toupin au Théâtre La Licorne
  • «La meute» de Catherine-Anne Toupin au Théâtre La Licorne
  • «La meute» de Catherine-Anne Toupin au Théâtre La Licorne
  • «La meute» de Catherine-Anne Toupin au Théâtre La Licorne
  • «La meute» de Catherine-Anne Toupin au Théâtre La Licorne
  • «La meute» de Catherine-Anne Toupin au Théâtre La Licorne

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début