«Omi Mouna (ou ma rencontre fantastique avec mon arrière-grand-mère)» au MAI | Bible urbaine

Théâtre_Critiques de théâtre

«Omi Mouna (ou ma rencontre fantastique avec mon arrière-grand-mère)» au MAI

«Omi Mouna (ou ma rencontre fantastique avec mon arrière-grand-mère)» au MAI

Mon fantôme d'amour

Publié le 13 octobre 2017 par Pierre-Alexandre Buisson

Crédit photo : Alex Paillon

Lorsque le père de Mohsen El Gharbi meurt, ce dernier réalise que sa famille immédiate est à peu près réduite à son arrière grand-mère centenaire et lui-même. Il décide alors, sur un coup de tête, de se rendre en Tunisie avec un ami qui n’a absolument aucune expérience derrière la caméra pour y tourner un film sur la vie de cette matriarche qui a vécu cent ans de transformations sociales.

Ce film, Le secret d’Omi Mouna, existe réellement. Il a été présenté au festival Vues d’Afrique en 2016, et le voyage qui lui a permis d’exister sert ici de base au récit particulièrement déjanté qui nous est offert sous la forme d’un monologue partiellement improvisé. Car ce que l’on croit être au départ un témoignage un peu fantaisiste bascule carrément dans le fantastique après un préambule plus traditionnel.

Comment parvenir à captiver une audience avec une scène complètement nue, aucune musique et un seul interprète? C’est un secret particulièrement difficile à pénétrer, mais qui est inné pour El Gharbi, qui possède un talent de conteur stupéfiant et qui nous amène carrément avec lui, en Tunisie, presque cent ans dans le passé.

La force de l’évocation est déconcertante; avec une combinaison de gestes, de bruits et de voix, l’acteur parvient à nous transporter dans un autre monde en nous racontant une histoire qui nous enchante et nous horrifie. Il faut dire que certaines pratiques culturelles de 1920, telles que le troc d’une jeune fille contre un mulet, peuvent nous paraître quelque peu barbares si le contexte n’est pas expliqué.

On devient donc des témoins privilégiés de l’histoire de toute une (très longue) vie, des voyeurs devant un récit dans lequel la tradition, des fantômes et un voyage dans le temps sont habilement imbriqués. L’histoire captivante d’une femme qui a vécu plus longtemps que la plupart de ses enfants, d’une mère de famille que l’amour a motivé à continuer, malgré les nombreux obstacles. Un hommage imaginatif, original et très touchant de son petit-fils.

Le fait de s’insérer lui-même dans le récit et de nous transmettre ses émotions et ses réactions a une forte valeur ajoutée et transcende la simple collection d’anecdotes; le procédé est encore plus savoureux lorsque l’on sait que chaque représentation peut être différente, puisque l’acteur module et modifie le récit selon l’inspiration du moment en faisant une histoire évolutive pétrie de folklore et de détails fascinants.

Mohsen El Gharbi apparaît aussi dans le plus récent film de Noël Mitrani, Après-coup, aux côtés de Laurent Lucas, une œuvre qui a été présentée au Festival du nouveau cinéma cette année.

L'événement en photos

Par Alex Paillon

  • «Omi Mouna (ou ma rencontre fantastique avec mon arrière-grand-mère)» au MAI
  • «Omi Mouna (ou ma rencontre fantastique avec mon arrière-grand-mère)» au MAI
  • «Omi Mouna (ou ma rencontre fantastique avec mon arrière-grand-mère)» au MAI
  • «Omi Mouna (ou ma rencontre fantastique avec mon arrière-grand-mère)» au MAI

L'avis


de la rédaction

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début