«On t’aime Mickaël Gouin» au Théâtre des Cascades de Vaudreuil-Dorion dès le 26 juin 2016 | Bible urbaine

Théâtre_Entrevues

«On t’aime Mickaël Gouin» au Théâtre des Cascades de Vaudreuil-Dorion dès le 26 juin 2016

«On t’aime Mickaël Gouin» au Théâtre des Cascades de Vaudreuil-Dorion dès le 26 juin 2016

Moderniser le théâtre d’été

Publié le 22 juin 2016 par Camille Masbourian

Crédit photo : Julie Artacho

Les mots «théâtre d’été» riment souvent avec portes qui claquent, maris cocus et amants cachés dans le garde-robe. C’est vieillot, poussiéreux, souvent pas très drôle et vise un public plus âgé. Avec la pièce On t’aime Mickaël Gouin, qui sera présentée dès le 26 juin au Théâtre des Cascades, on cherche à rendre le théâtre d’été plus jeune, plus moderne, et surtout à attirer un public qui n’est jamais visé par les productions estivales: les adolescents.

«Il y a un peu de théâtre pour ados qui existe en saison régulière et qui fait des tournées, mais il n’y en a pas beaucoup, explique le comédien Mickaël Gouin. Et il n’y en a pas du tout l’été. À ma connaissance, c’est vraiment la première pièce qui vise les ados l’été.» Et pour attirer les ados au théâtre en plein été, les auteurs Olivier Aubin, Luc Boucher et Dominique Quarré ont créé une pièce complètement loufoque dans laquelle le comédien Mickaël Gouin (SNL Québec, Le nouveau show, Mon ex à moi), victime d’un accident de voiture, est kidnappé par une famille complètement folle de lui, qui veut en faire un membre de la famille.

Le plus étrange, c’est que le principal intéressé ne connaissait pas les auteurs avant de recevoir la proposition du projet. «Je ne les connaissais pas du tout, donc c’est vraiment weird que les gars aient pensé à moi, mais c’est vraiment mon genre d’humour. J’ai vraiment trouvé ça drôle parce que je ne suis pas Claude Legault… mais je pense que c’est aussi ça le gag, de prendre quelqu’un de connu, mais qui n’est pas une grosse vedette!»

Il s’habitue peu à peu à jouer son propre rôle de façon complètement absurde et décalée dans cette parodie du Misery, de Stephen King. «Je commence à m’habituer, mais au début c’était vraiment weird! Surtout qu’il y a des faces ou des réactions qui sont de moi, il y a des choses un peu improvisées, et ça, ça vient de moi, donc ça me ressemble, mais il y a aussi des choses qui sont imposées dans le texte, et ça, c’est tough, parce que des fois je me dis que moi je réagirais pas de même, sauf que c’est pas moi…»

Le comédien, bien connu du public adolescent notamment grâce à son rôle dans Camping de l’ours, présentée sur les ondes de VRAK, avoue avoir hésité avant d’accepter le rôle. «J’ai eu peur que les gens pensent que j’aie écrit une pièce de théâtre autour de moi-même, j’avais peur qu’ils trouvent que je m’aime donc ben, mais c’est vraiment pas ça. Quand j’ai lu le texte, quand j’ai compris que c’était une genre de critique sur le vedettariat et quand j’ai vu les autres comédiens avec qui j’allais jouer, j’ai dit oui tout de suite.»

Sur scène, il sera accompagné de Marie-Soleil Dion, Léane Labrèche-Dor, Louis-Olivier Maufette, Olivier Aubin et Chantal Dumoulin, des comédiens connus du jeune public notamment grâce à leurs rôles dans VRAK la vie, Camping de l’ours ou L’appart du 5e, toutes des émissions présentées sur les ondes de VRAK…

Marie-Soleil Dion interprète Mathilde, une des filles de la famille qui recueille le comédien. «Elle est vraiment intense, raconte Mickaël Gouin. Elle est complètement disjonctée, elle a des gros problèmes. Je dirais freak as fuck! Mais elle est le comic relief de la pièce.» Léane Labrèche-Dor, c’est Béatrice, la sœur de Mathilde, rejetée par sa famille, un peu comme Cendrillon. C’est peut-être la personne la plus saine d’esprit dans la maison des Sicotte. Louis-Olivier Maufette interprète un père épeurant et inquiétant, Chantal Dumoulin la mère qui espère réaliser son rêve de devenir populaire à travers sa fille Mathilde, et Olivier Aubin le docteur Victor, un genre de scientifique fou qui traite Mickaël suite à son accident.

Quand on fait parler Mickaël Gouin de ses collègues, il n’a que des bons mots à leur égard. Et quand on lui demande s’ils ont du plaisir pendant les répétitions, il répond en riant: «C’est que ça en fait. Des fois, je me dis que ça n’a pas d’allure d’être payé pour ça!»

Pas de doute donc, que ça devrait plaire aux adolescents, mais aussi à leurs parents. «Il y a vraiment plusieurs niveaux d’humour. C’est un peu comme si Dans une galaxie près de chez vous devenait une pièce de théâtre. C’est un humour qui s’adresse à tout le monde», confie Mickaël Gouin. Selon lui, c’est exactement le genre d’humour qui peut rejoindre les adolescents. «On peut aller plus loin avec les ados, parce qu’ils veulent que ce soit déjanté, explique-t-il. Ça peut être… fucked up. Il faut que ça sorte des conventions. Nous, on a des chorégraphies, des combats d’arts martiaux… C’est vraiment absurde, et l’humour absurde parle beaucoup aux ados

D’ailleurs, ce que Mickaël Gouin aime particulièrement de ce public, c’est qu’il donne toujours l’heure juste. «Ils ne mentent pas, tandis que les adultes peuvent plus filtrer leurs émotions. S’ils aiment ça, ils vont rire, applaudir, crier. Mais s’ils n’aiment pas ça, ils vont juste pas réagir. Et ça, j’adore ça.»

Dès le 26 juin et jusqu’au 23 août 2016, c’est au Théâtre des Cascades de Vaudreuil-Dorion que vous pouvez assister à la pièce «On t’aime Mickaël Gouin».

Nos recommandations:

Vos commentaires

Revenir au début